Les Grandes Z'oreilles

La Musique avec des Grandes Z'oreilles !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Yes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ehn Deïss
Admin
avatar

Nombre de messages : 29521
Age : 45
Localisation : Right next door to hell !
Humeur : Epicurien le vendredi soir, nihiliste le lundi matin
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Yes   Mar 7 Avr - 14:15

Yes Yes



Ce premier album de Yes ne laisse que très légèrement entrevoir ce que sera ce groupe à peine deux ans plus tard.

Sorti en 1969, à une époque où In The Court Of The Crimson King n'a pas encore bouleversé la donne, ce premier album (sans titre) est pourtant loin d'être mauvais. Quelques reprises (dont un violent "Every Little Thing" des Beatles) et quelques chansons personnelles très bien troussées (tout particulièrement le sublime et bouleversant "Harold Land") montrent un groupe habile et déjà très impressionnant au niveau instrumental : la basse de Chris Squire, au son déjà énorme, et la batterie de Bill Bruford, fougueuse et virtuose, forment une section rythmique très sûre ; le jeu de Tony Kaye à l'orgue Hammond n'est pas particulièrement original, mais le style convient parfaitement à la musique de l'époque. Quant à Peter Banks, son jeu, à la frontière du rock et du jazz, propose de très belles choses. N'oublions pas non plus Jon Anderson, diamant du groupe, dont la voix n'est pas encore totalement affirmée, plus granuleuse et moins aiguë.

Un joli début, donc... Naïf mais agréable !

A noter que l'édition remastérisée contient de nombreux bonus, dont une fantastique version de "Something's Coming" (extrait de West Side Story).

_________________


Frank Zappa interviewer: "So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?"
FZ: "You have a wooden leg. Does that make you a table?"

"Certains aspirent à la vie éternelle alors qu'ils ne savent pas comment occuper leurs dimanches après-midi..."


Dernière édition par Ehn Deïss le Sam 3 Jan - 1:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zoreilles.forumdediscussions.com
Ehn Deïss
Admin
avatar

Nombre de messages : 29521
Age : 45
Localisation : Right next door to hell !
Humeur : Epicurien le vendredi soir, nihiliste le lundi matin
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: Yes   Mar 7 Avr - 14:27

Yes Time And A Word



Voilà un album très sous-estimé ! Sorti en 1970, il reprend peu ou prou les idées du premier album, à savoir des reprises et des chansons originales à la sauce "pop jazzy", avec toutefois un élément nouveau : la présence d'un orchestre, laissant penser a posteriori que Yes était déjà un groupe ambitieux !

Cet orchestre est d'ailleurs une très bonne idée : loin de proposer des arrangements sirupeux, il accroît au contraire la puissance des compositions pour un résultat qui n'est finalement pas si éloigné de ce que l'on peut entendre aujourd'hui sur The Age Of Understatement de The Last Shadow Puppets.

Bien que nous sommes encore très loin des fastes à venir, on devine un groupe en quête d'une musique complexe, fouillée ("Then", "Astral Traveller", "The Prophet"). Curieusement, les deux titres encore régulièrement joués sont sans doute les moins intéressants : "Sweet Dreams" et "Time And A Word"...

Oserais-je l'avouer ? Oui, Time And A Word est un des mes albums préférés de ce groupe formidable !

_________________


Frank Zappa interviewer: "So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?"
FZ: "You have a wooden leg. Does that make you a table?"

"Certains aspirent à la vie éternelle alors qu'ils ne savent pas comment occuper leurs dimanches après-midi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zoreilles.forumdediscussions.com
Ehn Deïss
Admin
avatar

Nombre de messages : 29521
Age : 45
Localisation : Right next door to hell !
Humeur : Epicurien le vendredi soir, nihiliste le lundi matin
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: Yes   Mar 7 Avr - 14:40

Yes The Yes Album



Que de progrès en un an ! Imputables en très grande partie à la paire Anderson/Squire, tous deux soucieux d'amener la musique de Yes toujours plus haut, mais aussi à l'arrivée de Steve Howe, guitariste à la virtuosité confondante, aussi à l'aise dans les déchaînements électriques que dans les parties acoustiques, n'hésitant pas à passer du rock'n roll à la country, du bluegrass au classique avec une classe folle et une énergie de tous les instants !

Constat immédiat : les morceaux de The Yes Album, moins nombreux, sont aussi plus longs qu'auparavant. De remarquables pièces d'orfèvrerie appelées à devenir des classique du groupe, proposant un rock progressif assez éloigné de celui pratiqué par leurs pairs à la même époque (Genesis, King Crimson et Van Der Graaf Generator). Des morceaux longs, certes, mais ultra-efficaces, très mélodiques, portés par la voix enfin mature de Jon Anderson. Un son très clair, limpide, même et une proposition artistique qui ouvre en grand les portes vers des possibilités qui semblent infinies ("Starship Trooper" et "Yours Is No Disgrace") !

Le premier chef-d'oeuvre absolu et incontestable du groupe !

_________________


Frank Zappa interviewer: "So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?"
FZ: "You have a wooden leg. Does that make you a table?"

"Certains aspirent à la vie éternelle alors qu'ils ne savent pas comment occuper leurs dimanches après-midi..."


Dernière édition par Ehn Deïss le Mar 7 Avr - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zoreilles.forumdediscussions.com
Ehn Deïss
Admin
avatar

Nombre de messages : 29521
Age : 45
Localisation : Right next door to hell !
Humeur : Epicurien le vendredi soir, nihiliste le lundi matin
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: Yes   Mar 7 Avr - 15:07

Yes Fragile



1972. Année décisive pour Yes ! L'arrivée de Steve Howe un an plus tôt avait fait comprendre que désormais, le groupe était en route vers quelque chose de très grand ! Mais il restait encore un point, sinon faible, au moins en-dessous du niveau requis pour accéder au Saint des Saints : le claviériste Tony Kaye. Peu enclin à l'expérimentation, réfractaire à l'utilisation des synthétiseurs, il finit par quitter le groupe en 1971... Son remplaçant n'est pas un inconnu, loin s'en faut : claviériste intérimaire chez David Bowie (le mellotron de "Space Oddity", le piano de "Life On Mars?", c'est lui), Rick Wakeman fait son entrée dans Yes, pour le meilleur et pour le pire !

Le groupe franchit cette fois un pas décisif vers ce que l'on appellera plus tard le "Classic Yes". Cette fois, plus aucun obstacle ne se pose, les possibilités semblent sans limites ! Ce qui avait été entrevu sur The Yes Album devient réalité sur Fragile : des compositions virtuoses (tous les musiciens sont à la fête), des épopées d'une dizaine de minutes aux paroles très étranges, pour ne pas dire cryptiques, aériennes et lourdes à la fois ("Heart Of The Sunrise", "Southside Of The Sky"), des morceaux plus accessibles, mais néanmoins très riches ("Roundabout", "Long Distance Rounaround" et sa batterie en 5/4), le groupe est en passe de réaliser le sans-faute !

Sauf que... Cédant pour la première fois à la grandiloquence et à la prétention, les musiciens décident de s'accorder un morceau en solo ! Première conséquence, le rythme de l'album en pâtit, car entre chaque "vraie" chanson vient s'intercaler une petite pause. Mais c'est la deuxième conséquence qui est la plus dommageable : si certaines compositions sont plutôt réussies, comme "The Fish (Schindleria Praematurus)" de Chris Squire, excellente coda à "Long Distance Roundaround", ou encore "Mood For A Day", agréable intermède à la guitare classique et signé Steve Howe, les autres se révèlent au mieux inutiles ("We Have Heaven" de Jon Anderson et "Five Percent For Nothing" de Bill Bruford) ou au pire tout à fait immonde ("Cans And Brahms", reprise aux synthés du quatrième mouvement de la quatrième symphonie de Brahms). Vraiment dommage...

Heureusement, l'histoire retiendra surtout des compositions énormes, un groupe incroyable et, grande première qui deviendra pour longtemps le symbole du groupe, un visuel marquant, signé Roger Dean, prolongement visuel de l'univers musical du groupe.

Fragile n'était en fait qu'un galop d'essai... L'album suivant offrira à Yes son chef-d'oeuvre, quasi-unanimement reconnu au-delà de la sphère du rock progressif !

_________________


Frank Zappa interviewer: "So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?"
FZ: "You have a wooden leg. Does that make you a table?"

"Certains aspirent à la vie éternelle alors qu'ils ne savent pas comment occuper leurs dimanches après-midi..."


Dernière édition par Ehn Deïss le Mer 7 Avr - 23:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zoreilles.forumdediscussions.com
Ehn Deïss
Admin
avatar

Nombre de messages : 29521
Age : 45
Localisation : Right next door to hell !
Humeur : Epicurien le vendredi soir, nihiliste le lundi matin
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: Yes   Mar 7 Avr - 15:08



Pour moi, cet album est tout simplement l'absolue perfection, LE disque de Rock Progressif, et un des plus beaux fleurons de la musique, tous styles confondus.

Close To The Edge, c'est l'équilibre parfait. Trois morceaux seulement, une construction divine !

- "Close To The Edge" : contrairement à beaucoup de morceaux de prog qui partent dans toutes les directions, pour le meilleur comme pour le pire, ce morceau n'est rien d'autre qu'une chanson simple : une intro, couplets/refrain, un break, un solo, puis couplets/refrain à nouveau. On n'est pas loin d'"Owner Of A Lonely Heart", finalement... "Close To The Edge" est donc une chanson très accessible, mais... un peu plus longue que la normale ! Ce qui laisse pantois, par contre, c'est le placement des musiciens : une complexité effroyable derrière une apparence assez simple ! Par exemple, sur la deuxième section ("Total Mass Retain"), au début du couplet, concentrez-vous sur la ligne de basse, puis soudain, replacez-vous sur le chant : l'effet est vertigineux, l'assise de Squire donne l'impression que Jon Anderson est en lévitation ! Howe et Wakeman abattent un travail phénoménal, aucune note n'est de trop, tout est léger et pesé ! Quant à Bill Bruford, sa frappe inimitable, dépouillée à l'extrême, offre à la fois drive et espace à ce morceau qui bat sans cesse le chaud et le froid.

- "And You And I" : Steve Howe s'accorde, et c'est parti pour dix minutes de magie. l'alliance de l'acoustique et du symphonique. La magnifique envolée de la sous-section "Eclipse" est, je trouve, incroyable : le mellotron sonne comme un orchestre philharmonique, la batterie est d'une telle simplicité et d'une telle justesse qu'elle touche au génie, Squire décoche des notes de 30 tonnes, et Anderson plane toujours aussi haut...

- "Siberian Khatru" : Close To The Edge se termine sur cette magnifique "fuite en avant", très rock and roll et baroque à la fois. Toutefois, ce morceau trouvera son aboutissement en live. Ici, le héros, c'est Steve Howe : le solo final sur le triple-live Yessongs est un véritable feu d'artifice, d'une fulgurance incroyable !

En à peine trente-huit minutes, la messe est dite : Yes a tout simplement créé le maître-étalon en matière de musique progressiste, la synthèse parfaite entre l'immédiateté de la pop, l'énergie du rock, la construction savante de la musique classique et la liberté et le swing du jazz. Sans oublier les paroles étranges, particulièrement mystiques, voire cryptiques, mais pourtant directement évocatrices, tant les images sont fortes... On trouve ici une tentative d'explication (mais réservé aux anglicistes).

Dernière chose : l'artwork, signé Roger Dean. Cette pochette qui s'ouvre sur ce paysage fabuleux, onirique, et inquiétant, parfait complément de la musique !


_________________


Frank Zappa interviewer: "So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?"
FZ: "You have a wooden leg. Does that make you a table?"

"Certains aspirent à la vie éternelle alors qu'ils ne savent pas comment occuper leurs dimanches après-midi..."


Dernière édition par Ehn Deïss le Sam 3 Jan - 1:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zoreilles.forumdediscussions.com
Ehn Deïss
Admin
avatar

Nombre de messages : 29521
Age : 45
Localisation : Right next door to hell !
Humeur : Epicurien le vendredi soir, nihiliste le lundi matin
Date d'inscription : 15/11/2007

MessageSujet: Re: Yes   Mer 8 Avr - 0:34

Yes Yessongs



Inutile d'y aller par quatre chemins : Yessongs est tout simplement l'un des plus grands live de l'histoire du rock ! Point ! Final.

Ou presque final...

C'est aussi l'album qui intronise (définitivement) Alan White au poste de batteur (en remplacement d'un Bill Bruford parti chez King Crimson). White qui assure la relève avec une incroyable facilité, d'ailleurs, alors qu'il n'a eu que quelques jours (!) pour apprendre le répertoire du groupe ! L'ami Bruford est tout de même présent sur quelques morceaux, dont "Perpetual Change", sur lequel il y va de son solo !

Yessongs est LE best-of de Yes ! Imaginez un peu : "Yours Is No Disgrace", "Starship Trooper", "Perpetual Change"", "Heart Of The Sunrise, "Roundabout", "Long Distance Roundaround" et la totalité de Close To The Edge, dans des versions dantesques, surpuissantes et souvent rallongées pour le meilleur !

Ce double-CD (triple-vinyl) est aussi l'occasion d'entendre les musiciens dans cet exercice qu'ils affectionnent tant : le solo ! Celui de Bruford est sans doute dispensable, mais ce sont surtout ceux de Rick Wakeman (un génial medley de son album solo The Six Wives Of Henry VIII) et de Chris Squire (une version démultipliée de "The Fish", dix bonnes minutes au compteur) qui emportent la mise ! Des solos aussi réussis qu'étaient ratés ceux de Fragile !

Pendant cent trente minutes, l'auditeur se voit asséner une véritable leçon de prog'n roll : l'énergie est sidérante et certains morceaux sont métamorphosés (il faut avoir entendu le solo final de "Siberian Khatru" ou encore "Close To The Edge", ses grandes orgues et l'explosion qui s'en suit !).

Le passage du vinyl au CD a fait perdre la grandeur de la pochette aux multiples facettes, nouvelle oeuvre de Roger Dean qui semble raconter la suite de l'histoire suggérée par la pochette de Fragile :









Formidable témoignage d'un groupe déchaîné, d'une fraîcheur éclatante, Yessongs est le résumé parfait d'un Yes au sommet de son art ! Le must-have absolu !

_________________


Frank Zappa interviewer: "So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?"
FZ: "You have a wooden leg. Does that make you a table?"

"Certains aspirent à la vie éternelle alors qu'ils ne savent pas comment occuper leurs dimanches après-midi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zoreilles.forumdediscussions.com
Ericochets

avatar

Nombre de messages : 2619
Age : 59
Localisation : au milieu du marais poitevin
Date d'inscription : 16/11/2014

MessageSujet: Re: Yes   Dim 23 Nov - 22:38

Rien a rajouter, j'ai toutes ces galettes à la maison … et quelques autres aussi.
pas la dernière, mais ça il me semble que tu le sais déjà !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Grandes Z'oreilles :: Musique :: Musiques Progressives :: Discographies-
Sauter vers: